• Presenting Partner

  • Presenting Partner

  • Presenting Partner

  • Host Partner

  • Institution

  • Institution

  • Media Partner

  • Media Partner

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

Pour les parents

« Les parents sont là pour donner des racines, mais aussi des ailes »

Vouloir le meilleur pour son enfant tout en l’encourageant à choisir sa propre voie : tel est le défi complexe que doivent relever les parents. Selon Laurent Seppey, chef d’équipe de la SwissSkills National Team, la clé réside dans un dialogue aussi ouvert que possible.

  • Lire tout l'article

    « La principale erreur des parents, c’est de vouloir trop bien faire. Alors que l’essentiel est de faire confiance à ses enfants. » Voilà, en substance, le message que souhaite adresser Laurent Seppey, tout à la fois professeur de menuiserie-ébénisterie et chef d’équipe de la SwissSkills National Team, à toutes les mamans et tous les papas qui s’inquiètent du futur choix de métier de leurs enfants.

     

    Garder un maximum de portes ouvertes

    Pour le spécialiste, lui-même père de deux filles en fin de formation, la solution est à chercher dans l’écoute. « Avec mon épouse, nous avons toujours été à l'écoute de ce qu'elles voulaient faire. Elles avaient plein de capacités et nous leur avons simplement dit de faire un choix et qu’on les soutiendrait. » Son mot d’ordre ? « Ne jamais mettre de limites ni de barrières et en parler autant que possible. »

    D’autant que la vie réserve souvent des surprises et que l’époque encourage volontiers les changements de cap. « Un métier que l’on apprend, ce n’est pas définitif, c’est le début de quelque chose », assure Laurent Seppey, qui a lui-même exercé plusieurs métiers au cours de sa vie professionnelle. « Si on laisse un maximum de portes ouvertes, notre parcours peut nous donner de belles réussites. »

     

    Voir les métiers de près

    Le Valaisan de 53 ans reconnaît que les jeunes d’aujourd’hui sont inondés d’informations, souvent abstraites, ce qui ne les aide pas forcément. « Le choix est rendu plus complexe par l’évolution technologique et surtout de la société. Nous, on n’avait pas d’Internet, on était plus sur du concret, on allait voir sur place. Là, on se rend compte que des vidéos sur TikTok ne suffisent pas si l’on veut trouver son métier. »

    Pour l’expert, il est donc essentiel de retrouver autant que possible la proximité avec les métiers. Puis de permettre aux enfants d’avancer avec confiance, selon leurs propres choix. « Le rôle des parents est beau, puisque nous sommes là pour donner des racines aux enfants, mais aussi leur donner des ailes. »

     

    SwissSkills 2022

    Pour ceux qui veulent trouver l’inspiration, les SwissSkills représentent une occasion concrète de voir des jeunes à l’œuvre. L’enthousiasme et l’épanouissement de ces derniers suscitent régulièrement des vocations chez les futur-e-s apprenti-e-s en herbe encore en quête d’informations.

  • Lire tout l'article

    Chaque année, d’innombrables jeunes se posent la question de savoir quelle profession embrasser après l’école obligatoire. Il va sans dire que ce processus préoccupe également de nombreux parents. Selon Margrit Stamm, professeure émérite en sciences de l’éducation à l’Université de Fribourg, les parents jouent le rôle principal dans le choix professionnel des enfants.

     

    L’échec fait partie de la vie

    Toutefois, certains d’entre eux ont une vision un peu étroite de leur rôle. « Ces parents ont tendance à imposer leurs idées plutôt que de prendre en compte les intérêts de leur enfant. » Margrit Stamm ajoute que souvent, cela part d’une bonne intention, mais qu’au final, cela ne sert personne. « Les intérêts et les inclinations d’un jeune constituent le fondement d’une formation réussie. » C'est pourquoi Margrit Stamm conseille aux pères et aux mères de mettre l'enfant, avec ses préférences et ses capacités, au centre du choix professionnel et de découvrir avec lui comment ses talents et ses intérêts peuvent être élevé à un niveau supérieur grâce à un apprentissage.

     

    Elle explique que les parents ne devraient pas se voir comme les « gestionnaires » du processus, mais comme des accompagnants. « Faites confiance à votre enfant, montrez-lui que vous prenez ses intérêts au sérieux et que vous n’allez pas lui imposer le métier de vos rêves. » Selon Margrit Stamm, le soutien des parents est primordial en cas de revers, par exemple lorsque la candidature de l’enfant pour une place d’apprentissage n’est pas retenue. La spécialiste en sciences de l’éducation souligne que l’échec fait partie de la vie. « Les échecs sont importants pour le développement de la personnalité. On ne progresse qu’en apprenant de ses erreurs. »

     

    Les parents surestiment les capacités de leur enfant

    En se basant sur sa longue expérience et ses recherches approfondies, Margrit Stamm est arrivée à la conclusion que les parents avaient tendance à surestimer les capacités scolaires de leurs enfants. Ce phénomène serait particulièrement marqué chez les universitaires, qui souhaitent envoyer leur fils ou leur fille au gymnase. Elle explique que souvent ces parents ne se rendent pas compte que leur enfant préfère travailler manuellement plutôt que de fréquenter l’école toute la semaine durant.

     

    C’est pourquoi Margrit Stamm s’engage en faveur de la formation professionnelle. « Le système suisse de formation professionnelle est probablement le plus perméable au monde. » Selon elle, un apprentissage réussi offre de nombreuses possibilités de faire carrière via la maturité professionnelle ou les études en haute école spécialisée. « La formation professionnelle supérieure fournit à de nombreuses branches de notre économie des spécialistes et des cadres parfaitement qualifiés. »

     

    Un ambassadeur de la formation professionnelle

    Pour Margrit Stamm, les SwissSkills, avec les 150 métiers qui y sont présentés, jouent le rôle d’« ambassadeur de la formation et de la carrière professionnelles ». Elle souligne un autre aspect important de cette manifestation : « Les compétitrices et compétiteurs exercent leur métier avec une joie incroyable, ce qui en fait d’excellents représentants pour notre formation professionnelle. »

Tu veux voir les #NextLevelSkills d'apprentis de 150 métiers différents en direct avec ta famille et te laisser inspirer ? Alors rends-toi aux SwissSkills 2022 à Berne!
#NextLevelSkills

Découvre en direct les #NextLevelSkills aux SwissSkills 2022 !

 

La formation professionnelle suisse forme de jeunes professionnel-le-s qui enrichissent l’économie suisse par leur passion et leur savoir-faire. Du 7 au 11 septembre 2022, à l’occasion des SwissSkills, tu pourras observer les apprenti-e-s de plus de 150 métiers se dépasser et atteindre leurs #NextLevelSkills !

Pour en apprendre plus sur les SwissSkills 2022, à Berne

Billets

Dépêche-toi de réserver tes entrées gratuites !

Reçois des mises à jour régulières grâce à notre newsletter. En tant qu’abonné-e, tu recevras quatre entrées gratuites pour les SwissSkills 2022 d’une valeur de CHF 15.– chacune.

Tu préfères acheter des billets sans t'inscrire à la newsletter ? Alors clique ici

  • Presenting Partner

  • Presenting Partner

  • Presenting Partner

  • Host Partner

  • Institution

  • Institution

  • Media Partner

  • Media Partner

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or

  • Partenaire Or